CHERBOURG ÉCLAIR - AN 1909

Vendredi 9 Avril

Vauville

INCENDIE. - Lundi dernier, un très grand incendie, tel qu'on n'en avait jamais vu dans les landes de la Hague, s'est trouvé allumé dans les landes de Vauville, pres de l'Epinette. Est-ce le fait d'une main criminelle ou bien un. fumeur aura-t-il, par mégarde, jeté une de ces allumettes-tison, si redoutables ? On l'ignore ! Depuis plusieurs jours, une épaisse fumée se répand au sud de Vauville et de Beaumont, recouvrant ces pays comme d'un linceul sinistre. Le feu, favorisé par un fort vent de nord, a été d'abord un danger pour les maisons de la commune de Vauville. La pompe de Beaumont est arivée en permanence sur les lieux ; elle a été déposée chez M. Agnès, prête à parer à tout danger. Mardi et mercredi, le feu s'est étendu de tous les côtés, depuis Vauville jusqu'à la route de Cherbourg, la Terrasse, les environs de la ferme du Gardin, à Beaumont, et l'on ne sait où il s'arrêtera. En ce moment, on compte 3 kilomètres de long, sur 2 à 3 kilomètres de large, de landages brûlés; ce qui fait de 2.000 à 3.000 vergées de bois jan détruits. C'est une provision de bois perdue pour les fours et pour les pauvres gens qui avaient le droit d'utiliser ce bois. C'est le troisième incendie de ce genre depuis un an.

Lundi 25 Mai

Digulleville

SCÈNE AU LAVOIR - Mme Euphrasie L., ménagère aux Asselins, était au lavoir avec sa fille Alexandrine. Angélique, une voisine, ayant jeté de l'eau à la tête de l'enfant, sa mère lui en fit l'observation. Cela ne fut pas du goût d'Angélique, qui, moins candide que son nom semblerait l'indiquer, se fâcha tout rouge et allongea un coup de battoir à la maman. Puis elle alla chercher sa mère. La mère d'Angélique et la mère d'Alexandrine se trouvèrent bienlot aux prises. Mme L. fut de nouveau terrassée et frappée à coups de pied et de poing. L'oncle de la fillette survint, mais à son tour, la maman d'Angélique, qui est une forte femme, le terrassa et le frappa. Elle sera peut-être moins belliqueuse devant ces messieurs gendarmes, auxquels plainte a été portée.

Herqueville

TAPAGE NOCTURNE - Sans songer qu'il était 10 heures 35 du soir, et qu'ils troublaient le repos de leurs concitoyens, François et Emile, ce dernier de Jobourg, vidaient une querelle sur la route. La maréchaussée calma leur ardeur par une double contravention. Et chacun fut se coucher.

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×